Magasin de carrelage "sans contact"
(4221)
    (182)
      Afficher
      Critères choisis: 0
      Tous les blogues

      Iris Ceramica et Diesel Living recourent à la provocation 10.02.21Questions et réponses

      Iris Ceramica et Diesel Living recourent à la provocationIl y a quelques années nous avons évoqué le problème de persécution que les magasins de vente en ligne subissent de la part des fabricants. Convaincus par l’explosion des ventes en ligne (en 2020, en prenant en considération les acteurs du marché les plus forts, nos ventes de leurs produits ont exponentiellement augmenté) la plupart des fabricants se sont tournés vers l’audience web. Ils comprenaient que c’était la direction à prendre en priorité dans un futur proche et qu’elle constituait aujourd’hui déjà une part importante des ventes.

      Cependant, il existe un petit groupe de néo-luddites qui, tout en essayant de remonter le temps, tentent d’empêcher les consommateurs d’acheter leurs produits sur Internet.

      Leur stratégie est rudimentaire: ils concoctent des demandes en justice qui portent sur la lésion des intérêts et des droits légitimes des fabricants. Ils revendiquent des droits d’auteur qui visent à protéger les créateurs des œuvres d’art (tels que musiciens, cinématographes, designers web) afin de les étendre sur leurs produits de marchandisage. Ils font tout pour interdire aux sites web d’utiliser leurs brochures publicitaires ce qui rend difficile la présentation des produits vendus sur Internet. Les grands fabricants engagent des avocats rusés qui se défoulent sur les programmeurs, compétents en réseaux de neurones et en structures des serveurs mais n’ayant aucune idée des manipulations de la loi.

      Chez Tile.Expert nous avons suffisemment de ressources et de connaissances pour nous protéger contre les poursuites judiciaires de cette concurrence déloyale. Cependant, une startup qui se focalise sur le développement de sa plateforme, et qui n’a pas de revenu stable et considérable, pourrait être conduite à la faillite avec de telles attaques.

      C’est pourquoi pro bono (du latin «pour le bien public») nous invitons à une discussion ouverte Iris Ceramica et Diesel Living (groupe de marques italien), qui ont décidé de poursuivre en justice une société maltaise (la nôtre), devant un tribunal estonien (qui l’eut cru..?).

      Le “Provocare ad populum” (latin) est une procédure issue du droit romain qui permet à la partie qui se croit accusée de façon injuste, de faire appel au peuple en demandant de rendre la décision sur une affaire. Nous espérons que ce principe fonctionnant au V s. avant J.-C., soit bien avant l’apparition d’Internet est approuvé par nos contradicteurs. C’est exactement ce que nous pensons faire sur notre site web dont le trafic mensuel s’élève à un demi-million de visiteurs professionnels (cliquez ici pour en savoir plus sur les statistiques). Nous espérons que cette audience est suffisamment importante pour que Diesel Living / Iris Ceramica expriment leur point de vue, sans ignorer notre appel.

      Nous n’allons pas fatiguer nos lecteurs avec les détails de cette plainte déposée contre nous. Le fond de l’affaire est décrit ci-dessus. N’hésitez pas à demander en commentaires les détails et les documents, nous sommes prêts à partager avec vous tout ce que nous avons en notre possession.

      Nous prions les représentants d’Iris Ceramica et de Diesel Living de bien vouloir répondre honnêtement et ouvertement à la question suivante. D’après nous cela soit sûrement impossible dans le cadre de cette plainte judiciaire fabriquée.

      COMMENT LA VENTE EN LIGNE DE VOS PRODUITS PAR UN MAGASIN TIERS PEUT-ELLE CAUSER VOTRE PERTE ?

      Imaginons qu’un client en Estonie repère votre produit sur notre site. Et il en commande un échantillon, le reçoit par courrier. Le matériau lui plaît, il passe commande. Nous achetons le carrelage auprès d’un de vos revendeurs officiels (parce que vous refusez de collaborer avec les magasins en ligne, nous avons tenté d’en discuter plusieurs fois). Nous livrons le client, il est tout content. Il publie un avis positif sur Trustpilot à propos de nos services et écrit un commentaire à propos de vos produits sur notre site.

      A la fin vous prétendez que suite aux actions décrites précédemment, votre société a subi des dommages excédant 90 (!) fois le revenu que nous avons perçu dans cette affaire.

      COMMENT POURRAIT-IL EN ÊTRE AINSI ? Merci de l’expliquer d’un point de vue mathématique.

      Et si, grâce à ces opérations, le fabricant ne fait que gagner (ce qui paraît évident, et il faut être un avocat bien habile pour prouver le contraire), nous sommes certains qu’il existe d’autres raisons que “le non-respect des droits d’auteur” qui vous fassent lutter contre les magasins en ligne.

      Permettez-nous de les préciser : vous ne voulez pas de transparence (érigée d’une manière hypocrite comme valeur essentielle dans le code d’éthique de la marque Diesel Living). Vous cachez les problèmes de vos produits derrière le rideau des ventes hors ligne. Vous avez peur que les systèmes de sélection des matériaux intégrés sur les sites Internet ne révèlent aux clients que vos carrelages soient inférieurs à ceux proposés par les concurrents. Nous n’avons pas analysé vos points faibles. Néanmoins, il pourrait s’agir, entre autres, d’un complot avec des fournisseurs officiels visant à fixer les prix élevés ; vous ne voulez pas que les clients publient des commentaires négatifs ayant acheté vos carrelages en ligne, parce que tout le monde y aura accès sur le net, etc. Vous privez les utilisateurs du droit de s’informer librement et objectivement sur vos produits. Vous manipulez les consommateurs. Vous avez recours à l’argent et aux connaissances influentes pour contrecarrer le progrès, au lieu de privilégier la vente en ligne, comme le font les clients, à votre plus grand regret.

      N’est-ce pas vrai ?

      P.S. Le 8 février, nous avons envoyé des demandes à Iris Ceramica, à Graniti Fiandre S.p.A (son propriétaire) ainsi qu’à Diesel Home en les invitant à motiver leurs démarches qui empêchent les utilisateurs d’acheter leurs produits sur le web.

      Commentaires